Les marchés, outils d’optimisation du système électrique


24 h/24 et 7 j/7, à chaque seconde, RTE aiguille sur ses lignes les flux d’électricité pour garantir en permanence l’équilibre entre la production et la consommation, au meilleur coût pour la collectivité. Cet équilibre se construit via une séquence de décisions qui permettent d’optimiser le système électrique, du long-terme au temps réel. Ces décisions sont prises par des acteurs privés, dont la coordination est assurée par les mécanismes de marché sur lesquels ils valorisent leur activité.
 
Par ailleurs, la « flexibilisation » du système électrique est clairement identifiée comme un vecteur majeur de la réussite de la transition énergétique, notamment pour prendre en compte le caractère intermittent des énergies renouvelables. RTE propose des règles de marché adaptées à la participation de nouvelles capacités flexibles, pour permettre à toutes les filières concernées de valoriser leur capacité et leur énergie via les marchés (effacements, stockage, énergies renouvelables…).

 

Focus

Pour mieux comprendre

Activité des Responsables d’Equilibre


Focus

Pour mieux comprendre

A quoi sert le dispositif de Responsable d’Equilibre ?

Le dispositif de Responsable d’Equilibre permet aux consommateurs, producteurs, commercialisateurs ou traders, de procéder à tous types de transactions commerciales sur les marchés de l’électricité à des échéances allant de plusieurs années à l’avance jusqu’au quasi-temps réel. La flexibilité offerte par ce dispositif permet aux acteurs de réagir aux différents aléas et de faire face aux incertitudes. Le Responsable d’Equilibre crée son portefeuille d’activité et s’engage à régler le coût des écarts entre production et consommation constatés a posteriori sur ce portefeuille. Il est financièrement incité à équilibrer son propre périmètre et participe ainsi à l’équilibrage du système électrique français.
Au 31 décembre 2020, 190 Responsables d’Equilibre disposent d’un contrat valide. 152 sont actifs au cours de l’année et 46 procèdent à des injections ou à des soutirages physiques significatifs sur le réseau.

On observe une hausse globale des échanges entre Responsables d’Equilibre par rapport à 2019. En effet, les volumes échangés (achats et ventes entre Responsables d’Equilibre sur le marché journalier et infrajournalier, flux transfrontaliers et entre NEMOs exclus) s’élèvent à 237,3 TWh, ce qui représente une augmentation de 20,6 % par rapport à l’année dernière. Quant aux opérations de gré à gré (Programmes d’Echange de Blocs ou PEB), elles progressent de 6,8 %, tandis que le plafond de l’ARENH est atteint comme l’an passé.
 
L’incertitude liée à la crise sanitaire a sans doute rendu nécessaire des réajustements de portefeuille, ce qui a contribué à l’augmentation significative des transactions sur les marchés de gros de l’électricité.

Focus


Une demande record d’ARENH

La demande d’ARENH par les fournisseurs alternatifs pour livraison en 2020 atteint un volume record de 147 TWh et dépasse pour la deuxième fois consécutive le plafond fixé à 100 TWh. Cette demande record est motivée par des prix de marché à terme supérieurs au tarif ARENH de 42 €/MWh lors du guichet d’ARENH fin 2019. La Commission de Régulation de l’Energie (CRE) procède à la répartition du volume de 100 TWh au prorata des demandes des fournisseurs à l’exception des filiales d’EDF qui ont été intégralement écrêtées.
En plus de ce volume de 100 TWh, 26,2 TWh sont alloués aux gestionnaires de réseau pour couvrir leurs pertes.

Pour mieux comprendre

Volumes échangés en infrajournalier


L’année 2020 est marquée par une forte progression des transactions infrajournalières (+ 22 %), qui atteignent un volume record. Ces dispositifs apportent aux responsables d’équilibre de la flexibilité au plus près du temps réel. Ce besoin de souplesse augmente notamment du fait de la part croissante des énergies renouvelables, dont la production est plus complexe à prévoir, dans le mix électrique. Les transactions infrajournalières se sont également avérées particulièrement utiles dans un contexte marqué par l’incertitude de la crise sanitaire.

Focus

Pour mieux comprendre