Emissions de CO2
  • Bilan des émissions de CO2

    En France, des émissions CO2 encore à la baisse en 2020  


     

    Une production totale 2020 en baisse

    Sur le total de l’année 2020, les émissions de CO2e du secteur électrique français diminuent de près de 9 % par rapport à l’année précédente.
    La crise sanitaire a entrainé une diminution des besoins en électricité, et la production s’est donc significativement ajustée à la baisse en 2020.

    Malgré une baisse du nucléaire, la pénétration de l’énergie décarbonée dans le mix progresse

    La production d’origine nucléaire a baissé en 2020, passant de 70 % à 67 % en proportion de la production totale d’électricité. Mais cette diminution a été compensée partiellement par les productions d’origine hydraulique, éolienne et solaire qui ont progressé respectivement de +8 %, +17 % et +2 % par rapport à 2019.

    La production thermique en recul

    La baisse des émissions de CO2e associées à la production électrique constatée en 2020 s‘explique donc directement par la baisse de la production à partir des moyens les plus polluants tels quel le charbon et le gaz, production en retrait de 11% par rapport à l’année dernière. Voir chapitre : Production thermique à combustible fossile. En proportion, la répartition de la production du mix électrique est plus décarbonée qu’en 2019.

    Une autoconsommation touchée par la crise

    Les émissions dues à l’autoconsommation sont évaluées à 3,2 millions de tonnes de CO2e (-11 % par rapport à 2019). Une diminution de l’autoconsommation des industriels se ressent particulièrement d’avril à mai au moment du confinement lié à la crise sanitaire. On estime à 62 % de gaz, 18 % de fioul, 17 % d’incinération de déchets ménagers et 3 % de charbon, l’énergie produite pour l’autoconsommation en France.
     

    •  

      Un volume d’électricité européen décarbonée en progression

      La faible participation du secteur électrique aux émissions de CO2 équivalent (CO2e) en France s’explique par une production largement décarbonée d’origine nucléaire, hydraulique, solaire et éolienne qui représente environ 92 % de la production totale. Cette situation est tout à fait singulière si on la compare aux pays voisins.

      La Suède reste en tête des pays européens les moins émetteurs avec la quasi totalité de sa production d’électricité d’origine décarbonée. L’Allemagne en 2020, pour la première fois, a produit son électricité en majorité à partir de moyens renouvelables (50,6 %). C’est à partir de 2011, que l’Allemagne a produit davantage à partir des énergies renouvelables que du nucléaire, de même pour le Royaume-Uni à partir de 2014.

      Les Pays-Bas, ont une majorité de centrales au gaz dans leur mix électrique. Même s’ils sont loin dans le classement, ils émettent moins de CO2 que d’autres pays, les centrales au gaz étant deux fois moins émettrices que les centrales au charbon.

      La Pologne, avec une dominante au charbon très forte, a produit plus de 80 % de son électricité à partir de moyens de production thermiques fossiles.

      Données : ember-climate.org

    •  

      Un volume d’électricité décarbonée toujours stable en France

      En France, les variations de la production d’énergie décarbonée sont principalement liées aux fluctuations du nucléaire très majoritaire dans le mix énergétique français.

      Contrairement à d’autres pays européens, la France n’a pas augmenté son volume d’électricité décarbonnée de manière significative depuis les années 2000. En effet, la production hydraulique est quasiment stable depuis trente ans. Quant à la production nucléaire, elle baisse progressivement depuis 2005 du fait d’une moindre disponibilité du parc de production (maintenances, visites décennales). Seule la production solaire et éolienne terrestre progresse depuis vingt ans.
       

       
      À l’horizon 2050, la SNBC prévoit dans son scénario que la France atteindra un niveau d’émission que l’on pourra considérer comme incompressible, en particulier dans les secteurs non énergétiques (agriculture et procédés industriels) : environ 80 Mt CO2e.

      Selon le rapport de la SNBC, le secteur énergétique devra faire l’objet d’une décarbonation complète à l’horizon 2050 et de se reposer uniquement sur les sources d’énergie suivantes : les ressources en biomasse (déchets de l’agriculture et des produits bois, bois énergie…), la chaleur issue de l’environnement (géothermie, pompes à chaleur…) et l’électricité décarbonée.

    Les émissions de CO2e des différents secteurs

    En 2019, le volume d’émissions de CO2 équivalent (CO2e) à la maille nationale tous secteurs confondus est estimé à 441 millions de tonnes. La production d’électricité représentait environ 4,8 % des émissions. Les secteurs les plus émetteurs de CO2e sont en France le transport et les industries manufacturières.

    Données Citepa. Rapport Secten édition 2020
     

    Emissions de CO2e hors autoconsommation (millions de tonnes) 2020 2019
    Production nette 17,1 18,7
    Nucléaire
    Thermique à combustible fossile 15,5 17,1
    dont charbon 1,2 1,4
    dont fioul 0,8 0,9
    dont gaz 13,5 14,8
    Hydraulique
    Eolien
    Solaire
    Déchets ménagers (UIOM) 1,6 1,6

    Focus

    Pour mieux comprendre