Le Schéma Décennal de Développement du Réseau (SDDR)


La publication du Schéma Décennal de Développement du Réseau (SDDR) fait partie des responsabilités confiées à RTE par la loi. Les pouvoirs publics doivent en effet pouvoir s’appuyer dessus et en faire un vecteur de déclinaison opérationnelle de la PPE.

En septembre 2019, RTE a publié son schéma décennal de développement du réseau de transport d’électricité, dit « SDDR », qui présente l’évolution du réseau de transport jusqu’en 2035.

La CRE (Commission de Régulation de l’Energie), dans la publication du 31 juillet 2020 de sa délibération sur l’examen du SDDR, s’est prononcée favorable aux grands principes de ce schéma. Ceux-ci visent à optimiser les coûts liés à l’adaptation du réseau à la transition énergétique et à limiter son impact environnemental.

Le SDDR présente cinq volets industriels qui reprennent les cinq recommandations de la PPE sur la nécessité d’orchestrer la première transformation d’ampleur du réseau depuis les années 1980 :
 

Entamer le premier renouvellement du réseau depuis sa création et être en situation d’ici 2030 d’augmenter significativement l’effort (de l’ordre de +30 %).
Adapter le réseau au nouveau mix : pouvoir traiter de nouveaux flux par l’augmentation de la capacité des lignes actuelles, la construction de nouvelles, ou la dépose des lignes dont l’utilité serait moindre.
Poursuivre et adapter l’ossature numérique du réseau tout en renforçant les exigences de cyber sécurité et en permettant aux nouvelles technologies d’exploiter le réseau actuel au plus proche de ses limites et réduire le besoin en nouvelles infrastructures.
Doubler en 15 ans la capacité d’interconnexion de la France, pour tirer le meilleur parti des différences de consommation et de production en Europe et parvenir à un mix équilibré et soutenable économiquement à l’horizon 2035.
Construire un réseau de raccordement des énergies marines.

Focus

Pour mieux comprendre

Les lignes et postes électriques


RTE est propriétaire de 106 047 km de lignes, soit le plus vaste réseau européen. En tant qu’opérateur du système électrique, RTE veille à offrir à ses clients l’accès à une électricité économique, sûre et propre, aujourd’hui et demain. Cela passe notamment par des investissements dans la durée pour bâtir le réseau de transport d’électricité au service de l’économie et de l’énergie de demain.
 
Comme les années passées, la longueur du réseau RTE évolue en 2020 pour les raisons suivantes :

  • création de nouvelles lignes aériennes ou souterraines ;
  • renouvellement de lignes (remplacement des conducteurs) ;
  • passage en souterrain de lignes aériennes ;
  • ferraillage de lignes.


Longueur de lignes en exploitation (km) Aérien Souterrain Total
Au 31 décembre 2019 99 527 6 415 105 942
Neuf 331 272 603
nouveau 52 186 238
renouvelé 279 14 293
aérien mis en souterrain 72 72
Ferraillé -392 -8 -400
Autre (mises en réserve, corrections de longueur…) -84 -14 -98
Au 31 décembre 2020 99 382 6 665 106 047
Evolution de 2019 à 2020 -145 250 105


 
La longueur totale des lignes souterraines du réseau de transport en exploitation continue de croître avec 6 665 km pendant que la longueur des lignes aériennes poursuit sa diminution en atteignant 99 382 km conformément au contrat de service public avec l’État signé en mai 2017.

 
En 2020, le réseau public de transport compte plus de 310 km de nouvelles liaisons (incluant les mises en souterrain de liaisons existantes) dont 83 % de liaisons souterraines.

 
Par ailleurs RTE a renouvelé plus de 293 km de liaisons aériennes et souterraines sur son réseau.

 
Cette année est marquée par la finalisation de nombreux projets dont :

  • Rive-De-Gier : 15 km de lignes électriques et 37 pylônes disparaissent du paysage ;
  • le programme en Haute-Durance : une nouvelle ligne électrique entre Serre-Ponçon et l’Argentière ;
  • la fin des travaux de modernisation du réseau électrique RTE de la Métropole de Lyon ;
  • la mise en souterrain de lignes dans le centre de l’Oise ;
  • la fin de la MESIL de Montpellier : 13 km de ligne démontée et 36 pylônes supprimés.

 
A l’instar des lignes, les postes jouent un rôle important dans le bon fonctionnement du réseau en recevant, transformant et répartissant l’énergie électrique. Des investissements dans la durée sont tout autant nécessaires.
 
Ainsi en 2020, 24 nouveaux postes ont été raccordés au réseau public de transport: 11 aux niveaux de tension 400 kV et 225 kV et 13 en 90 kV et 63 kV.
 

 

Focus


Liaisons aériennes et souterraines : deux technologies complémentaires

RTE s’est engagé, dans le cadre de son contrat de service public avec l’État signé en mai 2017, à ce que le réseau de lignes électriques aériennes n’augmente plus, voire diminue (cf. graphe total lignes aériennes).

En 2020, 99,5 % des nouvelles lignes 90 kV et 63 kV mises en service sont souterraines. RTE s’attache aussi à «déposer» des lignes électriques aériennes existantes. Avec l’évolution des technologies, RTE a de plus en plus souvent recours à la mise en souterrain des lignes à haute tension.

Aujourd’hui le réseau est souterrain à :

  • 9 % en 63/90 kV ;
  • 5,8 % en 225 kV ;
  • de façon négligeable en 400 kV (0,03 %).

Pour mieux comprendre

Principales mises en service de RTE en 2020


Cliquer sur l’image pour agrandir ⤴

Focus

Pour mieux comprendre

Principaux projets en cours et à venir



 

↪ Cliquer ici pour accéder au tableau des projets ↩

Focus

Pour mieux comprendre

Investissements de RTE


En 2020, le montant total des investissements de RTE au périmètre régulé par la CRE s’élève à 1 529 M€.
Les principaux investissements portent sur le démarrage des travaux des 3 premiers chantiers de raccordement d’éolien offshore : Saint Nazaire, Fécamp et Saint-Brieuc et la poursuite des travaux sur la nouvelle interconnexion avec l’Angleterre (« IFA2 »).
Les investissements concernent également la poursuite des travaux sur le projet Avelin-Gavrelle, sur l’interconnexion à courant continu entre la France et l’Italie (« Savoie – Piémont »), le raccordement du CCG de Landivisiau ainsi que sur la restructuration du réseau 225 kV de la Haute Durance.
L’année 2020 est également marquée par la livraison et la réception des bâtiments du projet immobilier Transfo et la finalisation des travaux d’aménagement.
 

 
 

*Selon catégories Commission de Régulation de l’Énergie (CRE)
 
 

*Selon catégories du Schéma Décennal de Développement du Réseau (SDDR), édition 2019
 
 
Le projet de programme d’investissement 2021 envoyé par RTE au régulateur s’élève à 1 726 M€ dans le cadre de la première année de TURPE 6.
Ce programme est marqué par la montée en puissance des projets de raccordement des parcs éoliens offshore, par la finalisation des principaux travaux sur le projet Avelin-Gavrelle ainsi que sur les interconnexions Savoie-Piémont et IFA2. Les investissements porteront également sur la poursuite des travaux du chantier Sud Aveyron, des travaux sur Haute Durance, du remplacement des conducteurs sur la liaison 400 kV Eguzon-Marmagne, de la restructuration de la boucle 63 kV de Puiseux Sandricourt ainsi que sur les mises en souterrain d’initiative locale (MESIL) liées aux JO 2024.

Les investissements associés à l’infrastructure de réseau de transport d’électricité seront croissantes pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et au travers du renouvellement des infrastructures vieillissantes.

Focus

Pour mieux comprendre