Diminution de la consommation brute sur toutes les régions


La consommation brute régionale est en diminution par rapport à celle de 2019 dans toutes les régions du fait de la crise sanitaire. Cette baisse de consommation varie selon les régions entre 3,1 % (en Bretagne, où la consommation brute diminue de 0,7 TWh) et 6,6 % (en Ile-de-France où la baisse de consommation brute s’élève à plus de 4,5 TWh). Les disparités régionales quant à l’impact de la crise sanitaire sur la consommation électrique s’expliquent notamment par une répartition sectorielle différente de la consommation dans chaque région.
 

  •  





 

Focus


L'électricité en région avec éCO2mix

Pour tout connaître sur l’électricité dans chaque région en temps réel, rendez-vous sur le site éCO2mix!
Découvrez également les données en temps réel par métropole grâce aux déclinaisons métropoles de l’application éCO2mix.

Pour mieux comprendre


Consommation corrigée : des évolutions de long terme liées aux dynamiques démographiques et industrielles


Entre 2006 et 2019, la consommation corrigée en France a évolué de façon contrastée. Différents facteurs peuvent expliquer ces contrastes. La démographie est l’un d’eux. C’est le cas par exemple en Occitanie, où la consommation d’électricité a augmenté de 9,5 % tandis que la population a progressé de 10,3 % entre 2006 et 2019 (données INSEE).

Dans la région Grand Est, la consommation a enregistré la plus forte diminution en France, de plus de 11 %. La désindustrialisation de la région explique cette évolution à la baisse.
 

  •  



Focus

Pour mieux comprendre

Baisse de la consommation de la grande industrie


Les régions Hauts-de-France, Grand Est et Auvergne-Rhône-Alpes comptent le plus de sites industriels raccordés au réseau de transport d’électricité. En raison de la crise sanitaire, les volumes consommés par la grande industrie sont en forte baisse par rapport à 2019 dans toutes les régions. Cette baisse est comprise, selon la région, entre 5,6 % (en Pays de la Loire où la baisse s’élève à 0,1 TWh) et 14,6 % (en Occitanie, avec une baisse de 0,3 TWh). En Auvergne-Rhône-Alpes, la baisse de consommation dépasse 1,5 TWh. La baisse de la consommation électrique des transports ferroviaires par rapport à 2019 est comprise entre 13 et 26 % selon la région et atteint plus de 0,3 TWh en Hauts-de-France et en Ile-de-France ; la baisse de la consommation électrique de la sidérurgie par rapport à 2019 est comprise entre 8 et 34 % selon la région et dépasse 0,6 TWh en Auvergne-Rhône-Alpes et Hauts-de-France.
 







Focus

Pour mieux comprendre